Crise existentielle

15Certains d’entre nous sont naturellement plus intenses et plus sensibles que d’autres.

En tant que personne intense, vous êtes très probablement un penseur profond, un sensitif intuitif et un observateur extraordinaire. Vous êtes sujet à la dépression existentielle et à l’anxiété, mais vous connaissez aussi la beauté et le ravissement. Lorsque l’art ou la musique vous touche, vous êtes inondé de vagues de joie et d’extase. Vous avez un don naturel d’empathie, mais vous êtes aussi submergé par les vagues constantes des nuances sociales et des énergies psychiques des autres.

L’intensité est une différence cérébrale – un trait inné qui fait que l’on se distingue du mode de fonctionnement normatif. Sans la compréhension et le soutien appropriés, le fait d’avoir un système d’exploitation « désynchronisé » peut entraîner de nombreuses expériences précoces de honte. Nous n’avons pas tous la chance d’avoir une famille qui comprend et respecte la neurodiversité. Si nos parents, nos enseignants ou nos pairs se montraient impatients ou critiques à l’égard de nos idiosyncrasies, nous supposions naturellement que nous étions dans l’erreur. Nous pensions que le fait de ne pas nous intégrer signifiait que nous avions quelque chose de défectueux. Alors, qu’avons-nous fait ?

Nous avons appris, laborieusement, avec toute notre force vitale, à noyer notre voix intérieure pour pouvoir nous intégrer.

Quand nous étions petits, appartenir signifiait plaire à nos parents pour éviter d’être abandonnés. Comme nous étions dépendants d’eux pour notre survie, nous avions peur du moindre risque de rejet. Pour ne pas créer de conflits, nous avons appris à taire notre colère, notre frustration et à minimiser nos besoins.

Lorsque nous étions adolescents, l’appartenance signifiait s’adapter à l’environnement. Nous faisions tout ce que nous pouvions pour être acceptés, pour ne pas être brimés, taquinés ou rejetés par le groupe. Dès notre plus jeune âge, nous avons appris l’horreur d’être ostracisé.

En entrant dans l’âge adulte, nous recherchons un sentiment d’appartenance au monde et sommes prêts à tout pour construire une version de nous-mêmes approuvée par la société. Nous ne nous rendons même pas compte du nombre de recommandations culturelles que nous avons absorbées et de l’argent que nous avons investi dans une voie qui n’est pas la nôtre : l’emploi dans une entreprise, la relation apparemment glamour, une personnalité « extravertie » bien reconnue, le fait de suivre ce que nos frères et sœurs et nos pairs font pour être aimés, la victoire par le succès et la reconnaissance conventionnels. Un poisson ne peut pas voir l’eau, car il est dedans. Nous ne pouvons pas voir les valeurs que nous avons intériorisées, car elles nous engloutissent.

Notre façade a commencé comme un moyen de survivre dans ce monde lorsque nous étions jeunes et vulnérables, mais d’une certaine manière, elle a dépassé son temps et est devenue la seule chose que nous connaissions. Bien que le conflit entre le vrai soi et le faux soi ne soit pas l’apanage des personnes intenses sur le plan émotionnel, la reconquête de l’authenticité est souvent un chemin plus difficile pour les inadaptés naturels.

Hantés par la menace d’être ostracisés, nous passons toute notre vie à construire une façade qui nous permettrait de « passer » la normalité.Nous devenons hyper-vigilants et prudents, captant les moindres indices sociaux négatifs afin de modifier nos comportements en conséquence. Puisque notre dynamisme et nos excitations ne rencontraient que des regards aveugles ou de la perplexité, nous avons réalisé que partager nous rendait plus seuls que ne pas partager.

Dès que notre réussite se fait remarquer, elle est réduite à néant ; nous apprenons donc à ne jamais viser haut. Les opportunités sont devenues des menaces, et nous nous auto-sabotons avant que quiconque puisse nous détruire. Nous pensions pouvoir nous protéger en jouant petit, mais étouffer notre âme a un coût énorme. Nous sommes déprimés, car nous avons nié les vérités de notre âme.

Nous nous sentons vides et engourdis, car notre âme s’est cachée. Nous sommes comme des animaux sauvages qui tentent de se domestiquer, troquant notre exubérance naturelle contre l’approbation de la foule.

Quitter le terrain familier de l’identité dans laquelle nous avons investi n’est jamais une tâche facile, mais le réveil est inévitable. Parfois, la vie nous envoie très « utilement » une crise qui nous oblige à faire face à nos vérités. Nous réalisons alors qu’il ne suffit pas d’exister en fonction des projections et des souhaits de quelqu’un d’autre – conjoint, parents, amis, société – car la vie est trop courte pour une journée de plus de mort intérieure. Lorsqu’un tournant se produit, nous sommes d’abord plongés dans une crise existentielle.

Le domaine de la psychologie a été dominé par la science quantitative et la psychiatrie, et l’expérience de l’obscurité existentielle a été médicalisée, plutôt qu’examinée, valorisée et comprise. L’origine et la signification spirituelles de la dépression sont rarement évoquées, alors qu’elles sont bien documentées lorsque l’on examine de près l’expérience des gens à travers l’histoire.

Une thérapie est toujours bénéfique pour votre bien être et pour vous aidez à trouver des solutions à vos problèmes, c’est pour cela n’hésitez pas à nous joindre par téléphone ou e-mail afin qu’on vous propose un psychologue qui vous aidera ç se débarrasser de vos soucis psychiques.

Nous vous invitons…

Nous vous invitons à prendre rendez-vous avec un de nos psychologues, psychothérapeutes et psychopraticiens afin de faire un premier pas vers le changement que vous désirez. Si vous désirez obtenir de plus amples informations ou si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous téléphoner. Vous pouvez prendre un rendez-vous par téléphone ou en envoyant un email au cabinet des Psychologues de Paris 9 (à l’attention du psychologue ou psychothérapeute de votre choix).