La construction du lien social chez l’enfant adopté (2/2)

Devenir trop indulgent

Les parents bien intentionnés finissent parfois par créer des problèmes avec leur enfant adopté en le gâtant plus qu’ils ne le feraient avec un enfant biologique, en le traitant comme s’il était « spécial », essentiellement parce qu’il a été adopté. En général, les parents agissent ainsi par sympathie, soit parce qu’ils se sentent désolés pour l’enfant, soit parce qu’ils se rendent compte que le fait d’être adopté peut engendrer une peur, une anxiété et une tristesse supplémentaires pour leur enfant.

En outre, il arrive que les parents soient tellement heureux d’avoir enfin réussi à adopter un enfant qu’ils le traitent comme s’il était trop précieux pour le discipliner lorsqu’il se comporte mal. Il arrive également que les parents ne se sentent pas pleinement « autorisés » à discipliner un enfant qui ne leur est pas biologiquement apparenté, ou qu’ils s’inquiètent de ce que les parents biologiques de l’enfant penseraient d’eux chaque fois qu’ils crient sur l’enfant ou l’envoient dans sa chambre.

En réalité, le fait de trop gâter un enfant, qu’il soit adopté ou non, le rend plus anxieux et plus perturbé au fil des ans, car c’est lui qui  » contrôle « , et non ses parents, et tous les enfants ont besoin de sentir que leurs parents contrôlent la situation pour être en sécurité. Par conséquent, il est essentiel de surmonter l’envie de traiter un enfant adopté différemment lorsqu’il s’agit de règles et de limites ; il vous incombe de veiller à ce qu’il les ait et qu’il en ait besoin.

Réagir à un traumatisme enfoui

Parfois, les enfants adoptés présentent des comportements étranges, évitant généralement certains endroits ou certaines choses, en raison d’expériences passées négatives. Par exemple, on sait que certains enfants adoptés évitent de monter dans des voitures d’une certaine couleur car ils les associent au fait d’être emmenés d’un foyer d’accueil à un autre.

Les recherches montrent que les traumatismes de la petite enfance peuvent entraîner des troubles de la santé mentale plus tard dans la vie. Si votre enfant présente de tels comportements, vous devriez l’emmener voir un professionnel qualifié ; un thérapeute peut aller à la racine du comportement et aider l’enfant à le surmonter par la compréhension et la désensibilisation.

Difficultés avec la nourriture

Le fait d’être privé de nourriture dès le plus jeune âge, ce qui arrive à un pourcentage élevé d’enfants adoptés dans des pays pauvres (et à un nombre non négligeable d’enfants ayant vécu dans des foyers collectifs), peut entraîner des comportements étranges liés à la nourriture. Ces comportements sont les suivants

– Une irritabilité extrême. Il peut sembler contre-intuitif qu’un enfant qui a été privé de nourriture refuse de manger de nombreux aliments lorsqu’ils sont largement disponibles, mais l’enfant peut facilement se sentir dépassé, incapable de gérer tous les nouveaux aliments qui lui sont servis. Donnez-lui le temps de s’y habituer : cette délicatesse passera souvent.

– La suralimentation. À l’autre extrémité du spectre, certains enfants qui ont été privés de nourriture dans le passé se comportent comme on pourrait s’y attendre, se gavant de nourriture, parfois au point de vomir. Bien que ce comportement puisse être perturbant, comme l’irritabilité, il n’est généralement que temporaire ; dès que l’enfant voit que ses réserves de nourriture ne vont pas s’épuiser, il commence à manger normalement.

 

 

 

Nous vous invitons…

Nous vous invitons à prendre rendez-vous avec un de nos psychologues, psychothérapeutes et psychopraticiens afin de faire un premier pas vers le changement que vous désirez. Si vous désirez obtenir de plus amples informations ou si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous téléphoner. Vous pouvez prendre un rendez-vous par téléphone ou en envoyant un email au cabinet des Psychologues de Paris 9 (à l’attention du psychologue ou psychothérapeute de votre choix).

Menu