La dépendance alimentaire n’est pas une question de volonté

Mais pour d’autres personnes, le gâteau au chocolat crée une dépendance dans un sens plus littéral. Vous avez peut-être déjà eu l’impression de perdre le contrôle de certains aliments. Des visions de beignets dansent dans votre esprit. Vous êtes préoccupé par l’idée de vous arrêter à la boulangerie. Et malgré vos meilleures intentions, il vous est impossible de résister à ces aliments ou d’arrêter de les manger une fois que vous avez commencé.

C’est ce qu’on appelle aujourd’hui la dépendance alimentaire, et c’est un problème bien réel, au même titre que la dépendance à l’alcool ou aux drogues illicites pour certaines personnes. Une alimentation incontrôlée peut entraîner l’obésité et des problèmes de santé connexes. Elle peut également entraîner un fort sentiment de honte.

L’obsession de la nourriture peut prendre le contrôle de votre vie et créer une distance entre vous et ceux que vous aimez. Vous pouvez être tellement obsédé par la nourriture que cela interfère avec votre travail ou vos études. Les problèmes d’image corporelle associés à l’obésité peuvent vous empêcher de faire ce que vous voulez.

Qualifier ce problème de dépendance n’est pas seulement une métaphore. Des recherches récentes ont montré que le trouble de la toxicomanie et la dépendance alimentaire font intervenir les mêmes processus biochimiques dans le cerveau.

Manger déclenche le centre de récompense de la dopamine dans le cerveau, faisant de la nourriture une source de plaisir. La dopamine est un neurotransmetteur qui régule les émotions et la motivation. La libération de dopamine est la façon dont le cerveau nous récompense pour avoir adopté des comportements essentiels à la vie, comme manger et faire l’amour.

Mais la dopamine est également libérée lorsque nous faisons des choses agréables qui ne sont pas si bonnes pour nous. Pour les personnes qui consomment de l’alcool ou des drogues, c’est la dopamine qui produit l’euphorie qui les pousse à en redemander. Il en va de même pour les personnes dépendantes de la nourriture. Selon les chercheurs, le plaisir de manger des aliments très appétissants Les aliments – en particulier ceux qui sont sucrés ou gras – peuvent déclencher les mêmes réactions dans le cerveau que les drogues addictives.

La dépendance alimentaire est ce que l’on appelle une dépendance de processus.

Cela signifie que vous êtes dépendant non pas tant de l’aliment lui-même que des sensations que vous éprouvez en le mangeant. Le jeu et le sexe compulsifs sont d’autres formes de dépendance.

Selon les recherches menées dans le domaine des neurosciences, toute dépendance – qu’il s’agisse de l’alimentation, de l’alcool ou d’autre chose – suit un cycle prévisible. Voici comment cela fonctionne lorsqu’il s’agit de nourriture.

L’euphorie. Lorsque vous mangez votre plat préféré, votre cerveau vous donne une dose de dopamine. Vous éprouvez un sentiment de plaisir gratifiant. Vous apprenez également à associer ce plaisir à l’aliment que vous venez de manger, et cet aliment devient un indice de la possibilité d’un plaisir accru à l’avenir.

L’effondrement. Avec le temps, les plaisirs ordinaires (comme parler avec un ami) perdent de leur puissance par rapport à la récompense que vous obtenez en mangeant. Mais finalement, manger déclenche des augmentations plus faibles de dopamine. Vous n’éprouvez plus le même plaisir qu’auparavant. Pire encore, les circuits de votre cerveau réagissent de telle sorte que vous vous sentez déprimé, irritable ou stressé, ce qui ne fait que vous inciter à manger davantage pour vous sentir mieux.

L’envie de manger.

À ce stade, les choses commencent à se gâter dans les parties de votre cerveau qui sont responsables de l’évaluation de l’importance d’une chose, de la prise de décisions et de l’initiation d’une action. Il devient extrêmement difficile de résister à de fortes envies. Cela explique pourquoi vous avez tant de mal à éviter de manger un aliment en particulier, même si vous vous êtes juré de ne plus jamais le faire.

Si cette situation vous semble familière, ne désespérez pas. Vos luttes avec la nourriture et l’alimentation ne sont pas une question de volonté ou de faiblesse personnelle. Le fait de considérer la dépendance alimentaire comme une maladie du cerveau, tout comme la toxicomanie, peut vous aider à porter un regard moins critique sur votre propre expérience. Rien que cela peut vous aider à vous sentir beaucoup mieux. Mais le modèle cérébral de la dépendance suggère également de nouvelles stratégies de guérison.

Évitez les signaux environnementaux. Pour les personnes qui ont abusé de substances, cela signifie qu’il faut s’éloigner des bars où elles ont bu ou des personnes avec lesquelles elles ont pris de la drogue. Si vous avez du mal à manger, cela peut signifier qu’il faut éviter les endroits suivants

les magasins ou les restaurants où vous vous êtes procuré vos aliments préférés ou éteignez la télévision lorsque vous voyez des publicités pour ceux-ci.

Augmentez le volume des récompenses quotidiennes et saines. Avec le temps, vous pouvez recalibrer votre cerveau pour qu’il retire à nouveau une réelle satisfaction des plaisirs ordinaires, comme se promener en plein air, passer du temps en famille ou discuter avec un ami.

Apprenez à gérer le stress et les émotions désagréables.

La dépendance peut avoir des effets dévastateurs sur votre humeur, et le stress et les émotions fortes peuvent vous donner l’impression que vous avez besoin d’une autre « dose » pour vous sentir mieux. Mais vous pouvez littéralement recâbler votre cerveau, en renforçant les voies du contentement et de la maîtrise de soi. Pour ce faire, essayez une technique de relaxation telle que la visualisation, l’imagerie guidée ou la relaxation musculaire progressive. Certaines personnes trouvent un soulagement en pratiquant le yoga ou la pleine conscience. Pour d’autres, cultiver la spiritualité est la clé.

Si vous luttez contre la dépendance alimentaire, ayez du courage. Il ne s’agit pas d’une défaillance personnelle. Vous vous heurtez à une chimie du cerveau très puissante. Mais avec de la patience et de la persévérance, vous pouvez vous libérer et retrouver votre capacité à savourer les choses qui sont vraiment bonnes dans la vie.

Nous vous invitons…

Nous vous invitons à prendre rendez-vous avec un de nos psychologues, psychothérapeutes et psychopraticiens afin de faire un premier pas vers le changement que vous désirez. Si vous désirez obtenir de plus amples informations ou si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous téléphoner. Vous pouvez prendre un rendez-vous par téléphone ou en envoyant un email au cabinet des Psychologues de Paris 9 (à l’attention du psychologue ou psychothérapeute de votre choix).

Menu