La psychologie de la perte de poids

Alors que l’industrie des régimes pourrait nous faire croire que la perte de poids est une question de mathématiques, et que l’industrie alimentaire semble heureuse de soutenir cette croyance (avec toutes les matières grasses, les protéines, les glucides, les sucres, le sel et les grammes de fibres sur l’étiquette des valeurs nutritionnelles), ce n’est tout simplement pas la vérité, la perte de poids n’est pas qu’une question de mathématiques, elle est intrinsèquement liée à notre psychologie, nos émotions et nos croyances.

D’une certaine manière, les choses seraient beaucoup plus simples s’il ne s’agissait que de mathématiques. Nous pourrions alors facilement obtenir ces 50 grammes de protéines et ces 40 grammes de fibres qui ont la bonne charge calorique avec les bons minéraux et vitamines nécessaires, et nous serions prêts. Mais il y a un moyen d’être sûr que perdre du poids n’est pas seulement une question de chiffres et c’est tout simplement ceci : cela n’a pas marché.

Maintenant, pour être honnête, cela a fonctionné – pour certains – pendant un certain temps au moins. Et c’est là que se trouve la réalité. Le temps. Parce que lorsque nous suivons un régime basé sur des chiffres, les résultats ne sont jamais vraiment durables. En fait, 98% des personnes qui suivent un régime finissent par reprendre leur poids.

Si nous voulons créer un impact durable sur les kilos superflus, nous devons entrer dans le domaine de la psychologie de la perte de poids pour 3 raisons principales :

Le stress

Le stress a un impact direct sur notre capacité à perdre du poids. Lorsque nous sommes stressés, qu’il s’agisse de facteurs de stress externes liés à notre vie trépidante ou de facteurs de stress internes liés au fait que nous ne sommes pas satisfaits de notre poids ou de nos comportements alimentaires, notre taux de cortisol (hormone du stress) augmente. Lorsque le cortisol est élevé au quotidien, le métabolisme de stockage des graisses augmente. Cela est dû au fait que notre corps est en réaction de survie. Notre corps ne va pas perdre de poids lorsqu’il est en mode de survie, il va ralentir son métabolisme afin d’avoir des réserves d’énergie supplémentaires au cas où elles seraient nécessaires.

Si nous sommes effectivement confrontés à une vie stressante, mais que nous voulons quand même perdre du poids, nous devons apprendre à faire passer notre corps de la réaction de stress chronique à une réaction de relaxation. La respiration, le ralentissement et l’intégration de la pleine conscience dans notre alimentation et notre vie sont autant d’outils puissants pour passer du stress à la relaxation.

Traumatisme personnel ou infantile

Certains chercheurs ont découvert que les personnes qui ont été exposées à des violences physiques, à des abus sexuels ou à des brimades entre pairs présentent un risque plus élevé d’obésité. Les personnes ayant subi un traumatisme émotionnel peuvent adapter leurs habitudes alimentaires au point d’affecter leur poids.

Bien sûr, toutes les personnes ayant subi un traumatisme personnel ou infantile ne luttent pas pour maintenir un poids sain. Mais si vous avez été victime d’abus, de négligence ou d’intimidation, il peut y avoir un lien.

Nous vous invitons…

Nous vous invitons à prendre rendez-vous avec un de nos psychologues, psychothérapeutes et psychopraticiens afin de faire un premier pas vers le changement que vous désirez. Si vous désirez obtenir de plus amples informations ou si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous téléphoner. Vous pouvez prendre un rendez-vous par téléphone ou en envoyant un email au cabinet des Psychologues de Paris 9 (à l’attention du psychologue ou psychothérapeute de votre choix).

Menu