S’agit-il d’un comportement typique d’adolescent ou d’un signe d’alerte de maladie mentale ? (2/2)

2. Humeur et irritabilité

Comportement typique des adolescents :

Il est normal que les adolescents soient de mauvaise humeur, frustrés et irritables de temps en temps.

L’adolescence est une période de transition et les adolescents doivent faire face à de nouvelles émotions, pensées et sentiments. Soutenez-les et soyez ouverts à la discussion pour qu’ils sachent que vous êtes là.

Un comportement potentiellement inquiétant :

Si l’humeur d’un adolescent s’aggrave constamment, s’il semble incapable de faire face à des situations normales sans perdre les pédales, et surtout s’il réagit par la violence, ce sont des signaux d’alarme qu’il ne faut pas ignorer.

3. Notes

Comportement qui peut être préoccupant :

Cependant, il explique que tout cela devient plus inquiétant si les adolescents font preuve d’une véritable anxiété face aux devoirs scolaires.

Si votre enfant n’arrive pas à se résoudre à étudier, même s’il est par ailleurs inquiet pour ses notes, s’il a du mal à dormir parce qu’il pense trop à ses devoirs ou s’il est incapable de réguler ses émotions à propos de l’école, ce sont autant de raisons potentielles de s’inquiéter.

Il en va de même pour les fluctuations soudaines des notes, le fait de ne pas se soucier du tous des notes ou le fait de manquer un grand nombre de devoirs.

Pourquoi il est important de parler aux adolescents tôt et souvent

Les comportements inquiétants peuvent parfois être évités en parlant aux adolescents avant que les situations n’atteignent ce stade.

Si vous êtes un parent et que vous remarquez des signes inquiétants, c’est une bonne idée de vous asseoir avec votre adolescent et de lui en faire part.

N’accusez pas et n’utilisez pas de langage stigmatisant comme « tu es méchant » ou « tu as de mauvais résultats à l’école ». Au lieu de cela, faites-lui simplement part de ce que vous avez remarqué et dites-lui que vous êtes inquiet. Vous pouvez vous exprimer-vous comme suit: « On dirait que tu n’es pas heureux en ce moment, comment puis-je t’aider ? » ou « Il y a un sujet dont tu veux me parler ? ».

Il est également important de garder la tête froide.

Les parents laissent parfois leur propre anxiété quant à ce qui pourrait mal tourner prendre le dessus, ce qui peut faire obstacle à une conversation calme et rationnelle.

Ils surprennent leur enfant en train de fumer de la cigarette, s’inquiètent qu’il devienne un jour accro à l’héroïne et l’envoient dans un programme résidentiel de 90 jours, a-t-il déclaré. Les parents doivent d’abord vérifier leurs propres émotions et avoir une conversation ouverte et vulnérable avec leurs enfants.

Nous vous invitons…

Nous vous invitons à prendre rendez-vous avec un de nos psychologues, psychothérapeutes et psychopraticiens afin de faire un premier pas vers le changement que vous désirez. Si vous désirez obtenir de plus amples informations ou si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous téléphoner. Vous pouvez prendre un rendez-vous par téléphone ou en envoyant un email au cabinet des Psychologues de Paris 9 (à l’attention du psychologue ou psychothérapeute de votre choix).

Menu